Rester Tibétain

 

En 1950, 40 000 soldats de l’armée de la République Populaire de Chine pénètrent au Tibet pour « le libérer des forces imprérialistes »… Face à eux, 9 000 Tibétains à peine armés. Depuis, ils sont encore des centaines, chaque année à tenter une traversée de la chaîne Himalayenne pour rejoindre le Népal et fuir l’occupation chinoise qu’ils vivent comme une mort à petit feu. Des semaines de marches dans des conditions extrêmes, sans équipements, suivant un guide qu’ils rémunèrent avec les économies de toute une vie. Beaucoup d’enfants sont envoyés ainsi par leurs parents restés sur place, espèrant que leurs enfants parleront le Tibétain, ailleurs, puisqu’au Tibet on ne le parle plus. Une fois arrivés au Népal, ils sont pris en charge par un centre d’accueil pour réfugiés supervisé par le UNHCR, ils y reprendront des forces et essaieront d’obtenir des papiers prouvant leur condition de réfugié. Une fois ces démarches accomplies, ils rejoindront le Gouvernement Tibétain en exil dirigé par le Dalaï-Lama, en Inde.

Photos réalisées dans les camps de réfugiés au Népal et en Inde.

1/29